Malgache de Mayotte

La langue malgache à été introduite à Mayotte par plusieurs vagues successives de migrants arrivés au plus tard au début du XIXème siècle. Le malgache se rattache à la grande famille des langues austronésiennes qui comprend également l’indonésien, les langues mélanésiennes, les langues polynésiennes et les langues indigènes de Taïwan (mais pas les langues aborigènes d’Australie ni certaines langues de Nouvelle-Guinée).

Le malgache de Mayotte est parlé dans une vingtaine de villages disséminés sur l’ensemble de l’île (sauf au Nord-Est) qui ne forment pas un territoire compact ; c’est le seul dialecte malgache implanté hors de Madagascar (il n’existe pas de locuteurs du malgache dans les autres îles de l’archipel des Comores). La plupart des locuteurs du malgache de Mayotte connaissent aussi le mahorais ; ils représenteraient environ le tiers de la population de lîle.

D’un point de vue phonologique on note la présence, à côté de consonnes simples, de consonnes affriquées et d’une série de consonnes prénasalisées :
Le système vocalique comprend cinq voyelles, les mêmes que celles du mahorais : /i/ /e/ /a/ /o/ /u/.

Le lexique du malgache de Mayotte se caractérise par de nombreux emprunts au swahili, au mahorais et à l’arabe, mais aussi par la conservations de mots malgaches qui ne sont plus en usage aujourd’hui à Madagascar.

On distingue deux variétés, le kibushi kimaore “proprement dit”, et le kibushi kiantalaoutsi [1] parlé dans les villages de Poroani, Wangani et Mtsapéré (ce dernier étant bilingue). Les deux variétés se distinguent par quelques différences morphologiques (forme des pronoms personnels) et lexicales, ainsi que par un certain nombre de traits phonétiques comme dans les exemples suivants :

kibushi kimaore kibushi kiantalaoutsi
(proprement dit)

        vadi          vali        époux

        fadi          fali        interdit

        audi          auli        remède

        fatsiki          fatiki        os

        vitsiki          vitiki        fourmis

        keli          heli        petit

        hifi          hihi        dent

Le kibushi kimaore (proprement dit) est apparenté aux dialectes de l’Est de Madagascar tandis que le kiantalaoutsi est apparenté à ceux de l’Ouest, mais ils ont subi les influences communes du mahorais, du swahili et de l’arabe et ont eu tendance à se rapprocher au cours de l’évolution qu’ils ont subie à Mayotte. Les deux variétés ont probablement été introduites dans l’île à des époques différentes, par des migrations indépendante. L’implantation du kiantalaoutsi est sans doute plus ancienne car les emprunts (assez nombreux) du mahorais au malgache proviennent majoritairement du kiantalaoutsi.

D’après Noël GUEUNIER et Maholina DAOUD,

I mentions légales I contact I ©